AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Because I'll be the N°1! [Yukimitsu-sama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shine Tokugawa
LB #43 || "Dark Panther"


College : Teikoku Gakuen (3ème équipe).
Years Pro : 2nd.

Arbre des Compétences
Niveau:
3/21  (3/21)
Expérience:
4/100  (4/100)

MessageSujet: Because I'll be the N°1! [Yukimitsu-sama]   Mer 31 Mar - 12:02

« Vérité, Bonté, Beauté... »


Le Kyudo. La voie de l'arc. L'un des plus anciens et authentique Art martial japonnais. Discipline à la fois corporelle, mentale, émotionnelle, et spirituelle. Corporelle, car la pratique du tir à l’arc permet d’améliorer la santé. Il faut respirer par le ventre, détendre et tonifier ses muscles, redresser le squelette et le dos. Émotionnelle, car sa pratique permet de mieux gérer ses peurs, son stress, et ses désirs tout en développant son affirmation de soi, sa bonté, son ouverture sereine au monde. Mentale, car tirer à l’arc permet de mieux se concentrer, faire le vide mental pour mieux développer son intuition. Même que le Kyudo peut aider à toucher du bout du doigt la divinité qui est à l'intérieur de son être, afin de réduire son égo et de révéler son vrai soi.

A la recherche du geste parfait, qui mènerait sans même y penser, la flèche vers le point central de la cible, l'archer doit concilier les contraires et sans aucun désir de réussite, lâcher tout et laisser partir son tir, libérant tout l'énergie accumulé avec lui... Extérieurement, cela peut sembler identique au tir à l'arc sportif que pratique les Occidentaux, mais intérieurement, c'est toujours différent, illogique même pour certain, car ceci est une recherche de soi qui se fait progressivement, chaque fois que la pointe de plomb fend l'air, l'on change, et cela continuellement. Un cycle répétitif ne prenant jamais fin.

En ce qui me concerne, c'est une manière comme une autre, après les cours, d'évacuer sans violence aucune, la surcharge d'onde négative chargées d'agressivité agglutiné à la surface de mon être. A chaque flèche, tirée, je me sens un peu plus détendue et relâchée. Le calme et la tranquillité du lieu aidant aussi à la concentration et à l'oublie de soi et des autres.

L'arrière cours du temple bouddhiste de Shibuya, deuxième arrondissement, est un lieu délaissé de tous, n'étant encore admiré que par quelques irréductible de la nature et addict des prières en solitaire. Il se peut que quelques fois, en visitant le temple on y arrive par hasard. Mais rarement cela arrive. C'est un endroit vide...calme...une vrai source de tranquillité. Et personne ne viens me chercher ici, car depuis le temps que j'y suis, si aucune de mes connaissance ne m'a trouvé...
Une fois de plus, je tend, tel un samouraï des temps anciens vêtue de manière traditionnelle, la corde de chanvre faisant partie intégrante de mon arc. Celui-ci, mesurant plus d'un mètre cinquante, bronche à peine alors que je force doucement mais surement sur mes bras, afin d'étirer vers moi la clés de tout, cette flèche chantante qui dans sa course ira là où mon esprit la guidera. De préférence au milieu de la cible, mais nul ne sais. D'un geste emplis de grâce et de beauté, comme le demande ce Do, je la ramène vers mon épaule, utilisant nullement ma main comme viseur, je cherche un rythme de respiration, puis sans empressement, avec une patience dont je me pare seulement en situation d'avant-affrontement , je laisse mon esprit se concentrer uniquement sur le lien entre moi, la corde, l'arc, et la flèche. Tout le reste s'évapore pour ne laisser apparaître que cela. Car après tout, si je me référais au parole de mon professeur, « Le Kyudo est un combat que l'on mène avec soi-même... ». Il faut lutter continuellement pour ne laisser aucune pensée parasite infiltrer son dôme de concentration.

Maintenant, tout les éléments son réunis. La corde, l'arc, et la flèche sont liés en un tout...auquel il reste encore à ajouté l'esprit. Le regard braqué sur la cible, le mato, je vide mon esprit de tout sentiment en expirant légèrement, mes lèvre entrouverte. Et j'attends. J'ignore quoi, mais j'attends...Le signal peut-être. N'ayant pas de compagnons ou de professeur dans la pratique de ce sport, c'était à moi de définir le moment où je relâcherait mon énergie afin de laisser filer la flèche... Surement que c'était le moment le plus crucial, car chaque flèche doit être tiré comme si c'était la dernière. Alors il fallait s'appliquer comme si sa vie en dépendait. Lâcher trop tôt, on rate sa cible, trop tard, même chose. Il fallait attendre de recevoir le signal, un signal donner par son être tout entier, ou part un corps étranger. Ce n'était vraiment pas un sport que l'on m'aurait imaginé pratiquer. Avec mon caractère, l'on penserait plutôt à une discipline violente, comme la boxe ou un autre sport de combat....Mais tout le monde se méprenait sur mon compte. Il ne voyait tous que la petite surface que je m'efforçais de leur montrer. Ils ne savent rien, ils ignorent tout, et ne cherche même pas à savoir. Comme si c'était moi qui devait tout leur dévoiler.

Les sourcils froncés par la concentration, je sens mon bras qui commence doucement mais surement à me signaler son épuisement. Je n'en suis pas à ma première flèche tirer. Le Kyudo est ce genre de pratique répétitive où l'on ne s'arrête que lorsqu'on ne peut plus rien donner de bon. Mais je me sentait encore une âme combattive. Je n'abandonne pas pour une simple douleur.

Plusieurs seconde passent et dans la cours où l'on entend que le bruit du vent dans les branches sèches des cerisier en fleur, et moi immobile le regard toujours braqué vers le point centrale de la cible. Une minute puis bientôt deux s'écoulent, mais aucune aide extérieure ne vient soulager la douleur de mon bras endoloris et le libérer le signal alors appliqué à ma tache je ne bouge pas, mon ouïe s'affinant d'autant plus que le silence grandit.

CRACK!!!! Swiffft!!! Fendant l'air à toute vitesse, ma flèche part seule se frayer un chemin vers son point d'arrivé...a quelques centimètre du centre du mato...L'un de mes meilleurs tir, si ce n'est le meilleurs. Tout ça grâce à ce bruit. Quelque bruit au faite? Une branche qui se casse, une feuille sèche sur laquelle on marche? Peut-être. Autant en être sur.

Revenant à une position de repos, je tourne mon regard vers l'origine de ce sons tant attendu...Un visiteur, un simple visiteur ...ou peut-être pas. Tout les visiteurs sont les bienvenus au temple. Chacun se devait de faire preuve de politesse et de respect envers chaque fils et fille de Dieu foulant le plancher rutilant du temple. Alors déposant mon arc et mon carquois, je me fais le salut traditionnel japonais.


-Soyez le bienvenue dans les jardins du temple bouddhiste de Shibuya, humble visiteur.

J'ignorais qui était la personne étant arrivé jusque là, et d'une certaine façon, quelle importance cela avait-il? Je n'avait pas de tueur à mes trousses ou d'ennemis à chaque coin de rue, donc la paranoïa ne faisait pas parti de mon vocabulaire. Et je savais parfaitement me défendre des agressions. Si cette personne était là, c'est qu'il y avait une raison. Et même je n'avais pas envie de savoir laquelle, que cela m'indifférait totalement, je me devais de lui montrer du respect. Au pire si jamais ce n'était qu'un petit minable s'étant perdu, je pourrait me moquer de lui en le renvoyant dehors. Ce serait amusant, mais pour l'instant, il fallait d'abord attendre et rester calme, sereine, polie, à l'écoute de toute ce que le nouvelle arrivant avait à dire...

_________________


Dernière édition par Shine Tokugawa le Mer 12 Mai - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manabu Yukimitsu
WR #16 || "The Ambusher."


College : Deimon Devil Bats.
Years Pro : 2nd.

Arbre des Compétences
Niveau:
3/21  (3/21)
Expérience:
34/100  (34/100)

MessageSujet: Re: Because I'll be the N°1! [Yukimitsu-sama]   Mer 12 Mai - 12:51

Une étrange situation, pour sûr! Je veux dire, ce n'est pas tous les jours que l'on a le privilège de découvrir un lieu d'une telle beauté, et par le plus grand des hasards qui plus est. J'étais bien incapable de nommer cet arrondissement et je marchais depuis une vingtaine de minutes, lorsque mes yeux se posèrent sur le gigantesque escalier de pierre. Non, qu'il n'est quoi que ce soit d'exceptionnel! Disons plutôt que le fait de ne pas apercevoir son sommet, offrait un léger accent de mysticisme à ma vision. Je ne saurais d'ailleurs vous décrire l'aveuglant éclat qui m'incitait à entamer l'ascension, dans l'espoir de cueillir le fruit de ma curiosité. Avez-vous déjà ressenti ce type d'attraction? Je veux dire, la perte de repère ainsi que le mouvement mécanique d'un corps que vous ne pouvez dès lors plus manœuvrer? Si oui, je pense que vous comprendrez mon désarroi tandis que mes pas soulèvent la poussière déposée sur ce vieil édifice. Je ne suis finalement, que le jouet de ma curiosité...
J'avalais un premier obstacle puis un second et, avant même que je ne m'en rende compte, j'accrochais déjà la vaste allée de pierre menant au temple. Car en effet, je me tenais à quelques mètres d'un petit temple aux contours austères. En nul endroit, je ne retrouvais les détails auxquels mes pérégrinations en Tokyo ne m'avait habitué : qu'il s'agisse de l'une de ces gigantesques pagodes ou de ces arbres habilement maîtrisés. L'on percevait ainsi, toute la quiétude et la simplicité du lieu... A tel point, que je cru l'espace d'un instant, avoir quitté la ville sans même en prendre conscience. Je déposais mon sac en papier sur l'un des bancs de pierre lorsque, pour la seconde fois de la journée, mon coeur se renversa.
Mes épaules se soulevèrent, bientôt accompagné par la partie supérieure de mon corps tout entière. Une brusque rafale avait soudainement contrarié mon équilibre, m'offrant par la même occasion la sensation de léviter à quelques centimètres du sol. Bien évidemment, mes pieds ne le quittèrent jamais ; toujours est-il qu'il s'agit là d'une pensée qui m'apparut particulièrement agréable! Moins agréable néanmoins, le contenu de mon sac s'était entretemps déversé à mes pieds...
Je retombais sur terre (au sens propre), tandis que l'un de mes nombreux fruits s'échappait au gré du vent. J'abandonnais alors la majorité de mes effets afin de me lancer à sa poursuite, et jubiler intérieurement lorsque mes doigts serrèrent sa peau écarlate. J'en oubliais d'observer les alentours, et mon sang ne fit qu'un tour lorsque ces quelques paroles percèrent mes tympans.


- Soyez le bienvenue dans les jardins du temple bouddhiste de Shibuya, humble visiteur.

J'hurlais! Non pas de peur, mais de surprise à la découverte du visage de mon interlocutrice. Mes membres tremblaient encore à la simple pensée de ses accès de fureur. Il y avait quelque chose en elle qui m'effrayait au plus point, rien à voir avec mon sentiment pour Hiruma du temps des Devil Bats. Il s'agissait ici d'une peur viscérale, de celle qui lie le mulot à son prédateur naturel. N'imaginez pas même partager avec elle le moindre souvenir agréable dans ces conditions. Je bafouillais néanmoins quelques mots, comme pour m'assurer de son identité et de pouvoir détourner les talons d'une excuse subtilement glissée en cas de danger...

- Shine..? Tokugawa?

_________________
"A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire."
- Le Cid, Corneille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noir-et-or.blogspot.com/
Shine Tokugawa
LB #43 || "Dark Panther"


College : Teikoku Gakuen (3ème équipe).
Years Pro : 2nd.

Arbre des Compétences
Niveau:
3/21  (3/21)
Expérience:
4/100  (4/100)

MessageSujet: Re: Because I'll be the N°1! [Yukimitsu-sama]   Mar 25 Mai - 2:55

"Un étranger? Aucune importance."





Au cri qui me vrilla les oreilles, je compris que soit l'inconnu en face de moi ne s'attendait pas à me voir, soit qu'il me connaissait et ne désirais pas me voir. Et dans les deux cas, ma réaction serait la même. Une froideur et une indifférence totale. Je n'en avais rien à faire de l'avis des autres et de leurs réactions. Il n'avait pas envie de me voir, tant mieux, moi non plus. Le problème est donc régler, ont reconduit gentiment cet énergumène à la sortie. Et je vous assure que c'est ce que je m'apprêtais à faire, dans la plus grande politesse possible, avant que deux mots ne viennent piquer ma curiosité.

- Shine..? Tokugawa?

Ainsi donc il connaissait mon nom...Peut-être un ancien camarade de classe, une connaissance paassagère ou un souffre douleur . Mais dans tout les cas, cela commençait tout juste à m'intéresser. C'est aussi en me relevant, me décourbant* progressivement l'échine, que j'aperçus une paire d'yeux noirs particulièrement apeurée. Maintenant debout, droite, une pose nonchalante inscrite sur ma silhouette, je fixais de mes yeux froids, sans animosité aucune, mais n'attirant pas pour autant la sympathie, le jeune homme. Celui-ci était prostré au sol, dans une position qui aurait pu faire rire n'importe qui, toutefois je n'étais pas n'importe qui, alors aucune hilarité ne déforma mes traits. Je continuais d'observer le gars en face de moi, avec la vague impression de le connaître. Son visage m'était familier, néanmoins je n'arrivais pas à mettre un noms précis dessus. Preuve n°1 de sa non-importance pour moi.

De plus, à cause de nos positions respectives, il devait sûrement se sentir menacé, par un prédateur plus fort que lui. Ce qui devait être le cas. Réduisant mon regard à deux fentes luisantes d'intelligence, transperçant l'âme, je braquais mes yeux améthyste dans ceux noirs d'appréhension du jeune homme. Ainsi, je commençais à décrypter les expressions de son visage, la posture qu'avec son corps, les tics qui pour agiter ses mains, sa respiration rapide, une éventuelle sueur froide coulant sur sa peau...Et je finis par en juger de par tout ces critères, véridique ou non, qu'effectivement, il se sentait menacé. Parfait, j'aimais commencer les rencontres avec cette supériorité implacable sur les autres.

M'approchant de son emplacement, le regard hautain, je n'attendais pas grand chose de cette discussion si ce n'est un peu de distraction. Tout pour bien terminer la journée. Mais d'abord, commencer par les usages... quelques questions et des remontrances aussi.

-Peut-on savoir qui vous êtes et ce que vous faites ici? C'est endroit est préposé au calme et à la paix, Je ne tolèrerais pas qu'un individus se permette de troubler cela. Cela est-il clair?

Le laissant méditer sur ces paroles, je déposais mon arc et mes flèches dans le sac de sport dont je m'étais munie. Une partie de moi l'ignorait obstinément, l'autre lui attribuait une vague importance, mais rien de très transcendant. Il n'était pas un ennemi, pas un ami non plus. De tout façon, des amis je n'en avais pas. Néanmoins son visage me disait vaguement quelque chose! Argh voilà ce qui arrivait quand on ne donnait pas de visage précis aux gens qui ne sont pas intéressant. Maintenant je n'arrivais plus à savoir qui c'était. Au pire, je pouvais lui demander son nom...apeuré comme il l'était, je supposais qu'aucun commentaire désobligeant ne sortirait de sa bouche. Mais quand même, quel agacement. Toujours dos à lui, je faisais toujours mine de ne pas m'intéresser à son cas, et d'une voix détaché je posais cette unique question.

-Je peux savoir quel est ton nom? Cela m'intrigue.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Because I'll be the N°1! [Yukimitsu-sama]   Aujourd'hui à 23:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Because I'll be the N°1! [Yukimitsu-sama]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ++Entretient avec Shinigami-SAMA!
» Une arrivée étoilée, desu desu ( PV Onee-sama )
» Avant de poster !
» Oneesama?!
» Découverte en lieux sombres [pv : Rin/Len, Hika et Tyzy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eyeshield 21. :: Centre de Tokyo - Zone RP. :: Centre de Tokyo - Zone RP. :: Second arrondissement - Shibuya-
Sauter vers: